Fluxus : John Cage et Shigeko Kubota

Le groupe Fluxus a déjà fait l’objet d’un article, mais celui-ci va se concentrer sur la collaboration de John Cage avec l’artiste japonaise Shigeko Kubota. Au fil de l’article, vous verrez qu’on recroisera des noms et des oeuvres déjà traitées sur le blog. J’ai pensé qu’étudier cette collaboration pouvait être intéressant, non seulement pour montrer l’influence et la postériorité du travail de Cage et de ses collaborateurs sur le groupe Fluxus, mais aussi que tout ne se range pas automatiquement dans une catégorie : tous sont liés les uns aux autres.

Si vous avez lu l’article sur la collaboration de John Cage et Marcel Duchamp pendant leur partie d’échecs en 1968, vous avez peut être remarqué le nom de Shigeko Kubota dans la légende de la photographie de l’article.

L’artiste a été introduite dans le groupe Fluxus grâce à Yono Ono, elle se fait connaître du chef de file du groupe, George Maciunas. Elle rencontre ensuite Marcel Duchamp en 1968 dont elle avait déjà beaucoup entendu parlé et qui la fascinait particulièrement. Plus tard cette même année, elle est présente pendant la performance de Reunion, la partie d’échecs qui oppose Marcel, Teeny Duchamp et John Cage qu’elle photographie.En 1970, soit deux ans après Reunion, Shigeko Kubota et John Cage ont publié un livre intitulé Marcel Duchamp et John Cage qui rassemble les photographies de Kubota prises pendant la performance et des textes écrits pour le projet par John Cage.

Le livre est accompagné d’un 33 tours de l’enregistrement de Reunion.

Toutes ses informations sont dans « Tout-fait, the Marcel Duchamp studies online journal« . On y trouve une biographie de Shigeko Kubota qui détaille certaines oeuvres de la Japonaise, y compris un long passage sur Reunion et sur les trois oeuvres de cette artiste qui en découlent : le livre Marcel Duchamp et John Cage, une vidéo (1972) composée d’extraits d’entretiens de Cage, des images de la parties d’échecs, de Nam June Paik – l’un des artistes majeurs de Fluxus – mesurant les battements de coeur de Cage, etc. Et enfin, Video Chess (1968-1975) qui consiste en un moniteur télévisuel orienté vers le haut avec un échiquier et des pièces d’échecs transparents posés sur l’écran, qui diffuse des images de Cage et de Duchamp en train de jouer aux échecs.

Cela montre bien la postériorité de l’oeuvre de Cage, et même au delà, cela montre l’influence de son travail collaboratif sur les artistes du groupe Fluxus.

Ce site est très complet, il présente énormément d’informations quasiment introuvables comme par exemple  un extrait de l’enregistrement qui accompagne le livre Marcel Duchamp et John Cage, mais aussi plein de photographies d’archives (le site est la source de la photographie insérée dans cet article).
Si ce n’est déjà fait, vous pouvez aller sur ce site que j’ai mis en hyper lien dans mon article. Vous accéderez alors à toutes ces données !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s