Reunion : partie d’échec entre John Cage et Marcel Duchamp

Marcel Duchamp est une figure phare de l’art contemporain. Il est généralement rattaché au mouvement Dada, du début du XXème siècle. Cependant son travail ne s’est évidemment pas arrêté là. Il rencontre John Cage en 1941 et l’ouvre à des perspectives dadas comme le hasard, et lui transmet sa passion pour les échecs.

Aujourd’hui, nous nous pencherons sur Reunion, de 1968, qui consiste en une partie d’échec entre John Cage et Marcel et Teeny Duchamp. Il s’agit de la dernière apparition publique de Marcel Duchamp, ce qui rend la rencontre d’autant plus marquante. Ils ne sont pas les seuls à collaborer sur ce projet, en effet, il y a aussi toute une équipe technique pour ainsi dire, où l’on retrouve d’ailleurs des noms familiers comme celui de David Tudor entre autres qui était chargé de la musique électronique. Teeny et Marcel Duchamp se sont relayés pour jouer contre Cage sur un plateau d’échec électronique relié à des machines qui produisaient des sons. Chaque mouvement des pièces sur le plateau modifiait la musique, ce qui rend un effet sonore particulier, complétement aléatoire pour ne pas dire hasardeux – en d’autres termes, parfaitement dans la lignée de pensée de John Cage et de Marcel Duchamp.

Teeny Duchamp, Marcel Duchamp et John Cage au Ryerson Institute de Toronto, photographie de Shigeko Kubota, le 5 mars 1968.

En faisant quelques recherches, on se rend compte que très peu de sites ou d’articles sont consacrés à cette performance. En effet, emblématique, elle est très souvent citée que ce soit au sujet de Cage, de Duchamp ou même des deux hommes mais rarement traitée à fond. Cependant, il existe ce qu’on peut considérer comme une mine d’or d’informations sur Reunion (1968), extraite du Leonardo Music Journal, en 1999. Leonardo/ISAST est une organisation a but non lucratif qui sert – en publiant en ligne, par revue, par livres – les travaux de chercheurs, artistes, étudiants, etc. On trouve également ce qu’on pourrait appeler un satellite français appelé OLATS (Observatoire Leonardo des Arts et des Technosciences). Cette fameuse mine d’or se présente sous un format pdf d’une huitaine de pages. Elle contient un récit détaillé de l’organisation de la performance, de son déroulement, d’une sorte de fiche technique avec les joueurs, les chargés du son, etc, mais aussi, tout le fonctionnement du plateau d’échec électronique conçu par Lowell Cross, le tout illustré par des photographies de Shigeko Kubota et des schémas. À mon sens, on ne peut pas trouver plus complet, le dossier regroupe toutes les informations possibles sur cette performance et sur les participants de façon générale.

Alors avis aux amateurs, je vous met le lien à la fin de l’article. Mais encore une fois, il faut être anglophone !

http://homepages.stca.herts.ac.uk/~ssam2pract/group3/GaygusuzAdem/chess.pdf

5 réflexions sur “Reunion : partie d’échec entre John Cage et Marcel Duchamp

  1. Ping : La découverte du Yi-King 易经 et l’influence de cette philosophie sur le travail de John Cage et son groupe | John Cage et ses collaborations

  2. Ping : John Cage et ses collaborations

  3. Ping : Automobile Tire Print : Entretien avec Robert Rauschenberg | John Cage et ses collaborations

  4. Ping : Fluxus : John Cage et Shigeko Kubota | John Cage et ses collaborations

  5. Ping : Reunion, revisité par Sebastian Jatz | John Cage et ses collaborations

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s